Modalités

1989, c’est encore ce que l’on appelle de l’histoire « immédiate », du « temps présent ».
Il nous parait notamment indispensable de recueillir le témoignage de ceux qui ont vécu ce moment là, ceux dont les actions ont fait cette période. Ceux aussi dont les postures et les trajectoires nous aident à comprendre le basculement qui s’est joué, en France et bien au-delà, en 1989 et dans les années qui ont suivi.
À un niveau qui dépasse largement celui de l’architecture française, la chute du communisme et l’ouverture du bloc de l’Est ont ouvert la voie à la libéralisation et la mondialisation des échanges économiques, à un remodelage géopolitique et, plus près de notre propos, au trouble des frontières entre ce qui relevait du secteur public et de la sphère du privé.
Dans un premier temps interne, ouvert uniquement aux membres du laboratoire afin de mieux cerner les problématiques à traiter, le programme s’est ouvert dès 2018 à des chercheurs extérieurs à l’école, puis à l’ensemble des enseignants, chercheurs et étudiants de l’école : séminaires de travail, journées d’études avec invités (qui nourrissent les premières publications du projet 1989), voyages d’échanges, avec en perspective la publication d’un ouvrage collectif et l’organisation d’un colloque international en automne 2020.

Ces ouvertures du programme – d’abord au sein du laboratoire, puis de l’Ecole et enfin de la communauté scientifique nationale et internationale – nourriront la pratique de la recherche dans l’Ecole, en contribuant à sa visibilité auprès des autres écoles et universités, et en favorisant le rayonnement de l’école, en France et à l’étranger. Les sujets de recherche du projet font en effet référence non seulement au territoire français, mais aussi à l’aire européenne (Italie, Allemagne, Roumanie…) et extra-européenne (Liban, Israël…).

Certes, le prétexte initial du programme est de nature historique – la date de 1989 ; pour autant, les développements qu’il suscite répondent à des enjeux bien plus vastes et ambitieux : architecturaux, urbains et paysagers, mais aussi politiques, sociologiques, philosophiques, culturels, écologiques.

Des petits mondes au Grand