Axes de recherche

Axe 1 – « Habitat », responsable: Sabri Bendimérad

L’axe aborde plusieurs événements importants qui, autour du 1989, ont lieu en France et en Inde dans le cadre de la réflexion sur l’habitat:
– le passage du concours d’idée PAN à l’EUROPAN
– le concours organisé par la Poste et le ministère des PTTl pour la construction de 1500 logements innovants à Paris
– Banlieues 89, lancé en 1981, par l’architecte Roland Castro et l’urbaniste Michel Cantal Dupart 
– la réalisation de l’opération expérimentale des « Cap Horniers », à Rezé, par « l’architecte-citoyen » Dominique Perrault, à l’initiative du député-maire Jacques Floch, fondateur de l’Association des Maires de Ville de Banlieue
– l’aboutissement de l’auto-construction d’une ville de plusieurs milliers d’habitants, l’Aryana Community Housing (Inde), dont l’architecte Balkrishna Doshi est l’architecte-coordinateur

Lorsqu’on les considère conjointement, ces évènements reflètent la richesse et la vivacité des débats en cours. Les territoires d’investigations et de propositions de ces opérations sont relativement distincts mais souvent complémentaires: EUROPAN, bien que thématisé, propose une réflexion sur des quartiers choisis par les municipalités elles-mêmes. Le concours de la Poste porte sur des parcelles parisiennes dans la ville dense et constituée. Banlieues 89 traite de situations dans des tissus considérés comme périphériques, le plus souvent dans ou près de grands ensembles. Ainsi, la ville nouvelle, la ville dense, mais aussi les quartiers de grands ensembles ainsi que les territoires en reconversion, en France comme à l’étranger, sont ici étudiés. Ils témoignent aussi d’un moment de basculement dans la pensée sur l’habitat, la ville et le territoire, ainsi que de la manière dont les différents acteurs (pas seulement les architectes) s’en emparent. Ils permettent donc de lire en creux la transformation des idéaux et de l’espace, une transformation qui éclaire la situation actuelle des débats sur le logement.

Ainsi, les concurrents de l’EUROPAN semblent avoir perçu avec acuité les phénomènes sociaux et les changements de valeurs qui se préparaient en Europe. Bouleversements des structures familiales (augmentation des divorces, allongement de l’espérance de vie, etc.), montée de la cohabitation, du travail chez-soi et de la mutualisation de certains espaces ou équipements : quarante ans plus tard, les solutions préconisées alors sont toujours considérées comme des nouveautés par toute la chaîne de production du logement qui peine encore à les mettre en place. Alors que l’idée européenne chemine, ailleurs dans le monde, en Inde, en particulier, comment appréhende-t-on la question du logement dans le second pays le plus peuplé de la planète ?

Pour les jeunes praticiens, le passage du PAN à l’EUROPAN constitue une version « européanisée » mais aussi et surtout professionnalisée du PAN qui était, jusque-là un concours d’idées. Les architectes de moins de quarante ans ayant déjà un pied dans l’exercice professionnel répondent au concours pour les 1500 logements de la Poste. Tandis que ceux qui s’intéressent au programme s 89, ont déjà une certaine expérience ainsi qu’un engagement avéré pour les questions urbaines.

Axe 2 – « Culture, enseignement, médiatisations », responsable: Anne Debarre

« La miraculeuse année 1989. Toutes les dates sont conventionnelles, mais celle de 1989 l’est un peu moins que les autres. (…) La symétrie parfaite entre l’effondrement du mur de la honte, et la disparition de la nature illimitée n’est cachée qu’aux riches démocraties occidentales. (…) Que nous soyons antimodernes, modernes, ou postmodernes, nous sommes tous remis en cause par la double débâcle de la miraculeuse année 1989 » [Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, La Découverte, 1991 : 17-19].

En 1989, l’enseignement de l’architecture en France, toujours en chantier, est confronté à des enjeux tels que la décentralisation, l’ouverture européenne, l’internationalisation des sphères de production de l’architecture. Excepté l’ESA, les écoles d’architecture françaises sont des lieux publics d’enseignement, mais n’en sont pas moins des institutions qui défendent leur présence et leur image sur le territoire national, et désormais à l’échelle européenne et plus largement internationale. L’année 1989 de ce point de vue semble marquée par des engagements des écoles qui participent de ces enjeux identitaires : s’affirme ainsi leur rôle entrepreneurial dans un champ concurrentiel, au-delà de leur fonction de formation dans les coulisses des mondes professionnels de l’architecture. Quel rôle se donnent-elles ou sont-elles amenées à jouer face à ces évolutions ?

20 ans après la création des écoles d’architecture, la Direction de l’Architecture et les écoles d’architecture veulent réaliser un bilan et penser le devenir de l’enseignement et du métier d’architecte à travers différentes actions, notamment un colloque dans le cadre d’un Salon International d’Architecture. Pourtant les étudiants continuent à manifester leur mécontentement, demandant « la revalorisation de l’Architecture dans la société française » alors que les écoles d’architecture sont prises entre une réforme non aboutie et un monde en transformation. Si l’ouverture des frontières européennes inquiète le milieu de l’enseignement et de la profession, elle initie de nouvelles structures d’échanges (Erasmus, Conseil des Architectes Européens, Institut européen d’architecture et d’aménagement à Rouen…). Le Salon International d’Architecture met à l’honneur, d’une part, la maire de Strasbourg, « maire d’Europe » et le projet lauréat de Rogers pour le Palais Européen des Droits de l’Homme et d’autre part, les figures de Zaha Hadid et des architectes japonais, Toyo Ito et Takamatsu Shin. Il rassemble des exposants très divers, tous impliqués dans l’architecture : des politiques publiques -institutions publiques et parapubliques, collectivités locales et territoriales-, que des acteurs privés de la conception – architectes, bureaux d’études, informatique, ingénierie- et de la production- aménageurs et promoteurs, entreprises-, et des acteurs des médiatisations de l’architecture.

Dans l’obligation de séduire des « clients », les écoles privées développent des actions de communication : ainsi l’ESA en France et l’AA School en Angleterre vont se rapprocher autour de projets communs de ce type (en 1989, une exposition sur les projets éditoriaux de l’ESA et un séminaire avec des philosophes français invités) pour leur donner davantage de force, sans être tenues par quelques affinités doctrinales.

Après 20 années passées depuis leur indépendance acquise vis-à-vis de l’école de Beaux-Arts, alors que les parisiennes ne sont toujours pas stabilisées sur leur territoire, que les grands projets parisiens s’achèvent, les écoles d’architecture françaises de province ont pu s’inscrire dans les paysages politiques locaux. A l’heure des « grands projets » des villes, l’architecture devenant instrument de la communication publique des villes [Devillard, 2000 : 72], c’est plutôt un nouvel urbanisme « municipal » qui peut être observé à Nantes et à Grenoble, Villes en connivence avec les écoles d’architecture locales, à la faveur de changements ou pas d’étiquettes politiques.

Dans les écoles, le souci d’une professionnalisation replace l’enseignement du projet au centre de la formation qui s’en était éloigné après 1968. En 1989, sont publiées par des enseignants deux recherches consacrées à l’enseignement de la conception architecturale. Elles témoignent d’une approche radicalement différente de la discipline : autour d ‘Henri Ciriani, le groupe Uno se concentre sur l’espace de l’architecture moderne, d’une part, tandis qu’un manuel d’architecturologie, d’autre part, est constitué par Philippe Boudon. Les écoles d’architecture françaises résonnent toujours de l’opposition entre les gardiens du temple de la doxa moderne, et ceux qui envisagent l’enseignement du projet dans une perspective plus ouverte et pluridisciplinaire. La conception de deux écoles à peu d’années d’intervalle, celle de Paris-Villemin en 1987, école qui valorise la pluridisciplinarité, et celle de Marne-La-Vallée en 1994, école qui met en avant la professionnalisation, témoigne de cette opposition, voire de cette évolution souhaitée : lors du colloque de 1989, sont annoncés en même temps l’abandon du premier projet et le lancement du second.

Les écoles ne semblent encore que peu réactives à ce que certains considèrent comme un changement de paradigme. En novembre 1988, la création du GIEC médiatise, institutionnalise, légitime l’idée d’une crise environnementale et se propose d’en prendre la mesure. Les années 1990 sont ponctuées d’événements politiques, souvent mondiaux, qui participent à faire, de ce que l’on appellera alors le développement durable, une question sociétale. Pourtant ce récit sur l’écologie pénètre lentement le milieu de l’architecture (49 diplômes sur 834 passés en 1989).

Axe 3 – « Mondialisations, achèvements et inachèvements», responsable: Jac Fol

Déjà effective auparavant, en 1989, la mondialisation se diversifie, décuple ses polarités. L’ouverture du bloc de l’Est change la donne et les donnes se multiplient : arrangements, accords et partenariats se redistribuent. Le monde y a adopté d’autres tournures : ses bipolarités (Est- Ouest, Orient-Occident, Sud-Nord, …) deviennent multipolaires, et de plus en plus remuantes. Chacun sait que le moment a fait naître de grands espoirs de paix.

Selon la définition que chaque historien donne de la mondialisation : commerçante, économique, sociale, culturelle, politique, les années 80 en provoquent une autre (selon les auteurs, troisième ou seconde, voire quatrième). On y assiste à la fin d’une période particulièrement marquée par la guerre froide et au début d’une autre où se déploient les logiques libérales dans une sorte d’ouverture, plus ou moins violentes, des perspectives concurrentielles.
Il nous importe d’apprécier les conditions extérieures de l’architecture, qu’elles soient politiques, prédictives, culturelles, conceptuelles ou militaires. Par différents biais, nous cherchons à estimer comment l’architecture intègre ces nouvelles donnes, tout du moins quelles en sont les conséquences pour ses pratiques et quelles y sont ses « participations »…

Suivant plusieurs thématiques, le groupe de recherche a adopté différentes formes : des journées d’études, des déplacements et des travaux croisés qui donnent lieu à des ouvrages quant à des situations “locales” (Liban, éd. Stéphanie Dadour; Bucarest, éd. Marie Menant et Philippe Simon; Rome- Las-Vegas, éd. Federico Ferrari), et des études singulières, individuelles ou en binômes, quant à ces phénomènes mondiaux comme autant de contributions aux ouvrages collectifs 1989.
Sans coup férir, observant leurs conséquences architecturales, forts de nos intérêts méditerranéens, nous nous intéressons aux équipements inachevés italiens et aux projets pour le centre historique de Venise comme à l’arrivée massive de migrants de l’Est en Israël, en passant, au-delà, par l’anticipation de la chute du mur de Berlin par Koolhaas et le discours architectural de paix européenne de Gorbatchev.

Nous envisageons également de dédier une partie de l’exposition collective aux murs étatiques, objets politiques. En 1989, il y avait onze murs de séparation sur la planète : Afrique du Sud/ Mozambique, Sahara occidental (Maroc/Mauritanie), Corée du nord/Corée du sud, Irlande (quartiers catholiques/quartiers protestants), République turque de Chypre du nord/République de Chypre, etc. Ces murs-ci ne sont pas des murs privatifs mais des moyens publics de rendre infranchissables les limites d’un État. Autant de moyens de comprendre ce qui les motivait, ceux qui les signifient formellement et leurs redoutables déclinaisons actuelles.

Des petits mondes au Grand