1989, les « grands travaux » de l’habitat

Sabri Bendimérad

La question de l’habitat n’est pas celle qui est le plus souvent convoquée lorsqu’il s’agit de penser les bouleversements que le monde a connu à la fin des années 80. Pourtant, celle-ci apparait comme fondamentale avec le recul qu’autorise les quelque trente qui nous en séparent. En effet, ces bouleversements d’ordre politiques, économiques, culturels et sociétaux, ont amené à une transformation complète des équilibres géographiques. ils ont aussi eu des effets direct sur notre environnement (n’oublions pas que l’accident de Tchernobyl survient en 1986) ainsi que sur nos manières de vivre et notre rapport à la ville et au territoire. C’est pourquoi, les questions que pose l’habitat en terme de politiques publiques, de conceptions et de pratiques font l’objet de cinq contributions, fruit d’une recherche exploratoire et collaborative qui repousse le curseur du temps présent à l’année 1989.

CONTEXTE

1989 : cette année-là, alors que l’on célèbre le bicentenaire la révolution, les régimes à l’est de d’Europe tombent les uns après les autres et l’armée rouge se retire d’Afghanistan. En Afrique, l’Apartheid s’effondre et l’Algérie tiers mondiste et post-socialiste vit les premiers soubresauts d’une crise existentielle qui conduira dans la décennie suivante à une guerre civile. Quant au moyen orient, les accords de Taëf y mettent fin au Liban. Oui, Il y a bien un avant et un après… Après que les régimes d’Amérique latine aient emprunté une voie néo-libérale dans le sillage de la retraite des militaires, après Tien Anmen, après l’insurrection au Tibet…Le monde tangue, le monde bouge et l’habitat se disperse quand les politiques d’inspiration libérales se généralisent, du moins en ce qui concerne l’économie. Alors que jusque là tout semblait maîtrisé et maîtrisable, planifié, dessiné, une nouvelle phase extensive de grande ampleur se prépare. Ainsi, « la fin de l’Histoire » du coté rouge du monde bipolaire, cède la place à une autre histoire, depuis, sans cesse reconduite : du triomphe de l’individuel sur le collectif…

LA FIN D’UN MONDE INFINI

En France, le virage du « miracle » pavillonnaire est déjà bien amorcé en 1989, et les grands ensembles sont de plus en plus stigmatisés depuis les débuts de la politique de la ville en 1977. C’est dans ce contexte de célébration du bicentenaire de la révolution o l’avenir semble incertain, pendant que certains célèbrent la crise, d’autres imaginent la suite… Commence alors l’histoire d’un monde qui s’agrandit ou se rétrécit, de frontières incandescentes et incertaines, d’entre-deux par la suite reconnus (Sieverts), de limites qui s’estompent et de murs reconstruits. A la fin des 80, les discours environnementalistes et politiques convergent. Kenworthy et Newman livrent une charge démonstrative et argumentée sur l’impact écologique du modèle nord-américain des métropoles avec leurs suburbs sans cesse repoussées. Sans être toujours citée explicitement, la contribution des auteurs d’Overcoming Automobile Dependance, est largement reprise parmi les défenseurs de la compacité urbaine. C’est également à cette époque que parait le rapport Bruntland sur le développement durable. La question environnementale est donc bien présente mais les architectes et les urbanistes feignent de la mettre de coté. Sous l’influence transalpine de la Tendenza, de l’historicisme, la théorie Rossienne de la fabrication collective de la ville renvoie, provisoirement, les tenants de l’architecture métaboliste des formes proliférantes, aux rayons oubliés de l’histoire.

REFLEXION SUR L’HABITAT ET L’ANNEE 1989

Envisager l’habitat depuis 1989, c’est engager une réflexion sur un moment de basculement gravitationnel du centre à la périphérie, juste l’instant d’avant les métropoles aspirantes. En ce qui concerne la France, si certains historiens, journalistes, architectes, urbanistes ou critiques retiennent de l’époque, les grands travaux mitterrandiens1, il est aussi légitime de reconnaître dans l’ombre portée des grands gestes, un mouvement puissant de reconnaissance des périphéries. C’est cette face non pas cachée, mais moins exposée, moins célébrée, moins reconnue qui nous intéresse ici car nous pensons qu’elle préfigure davantage les débats actuels que les grands monuments légués à l’histoire. Cette approche particulière a grandement motivé notre recherche sur ce que nous avions nommé au départ le« hors-champ » de l’année 1989.

EVENEMENTS HORS CHAMP

Commençons par l’hexagone, où le concours d’idées du PAN issu du Programme Architecture Nouvelle se déploie dans une partie de l’Europe et devient officiellement en 1988, l’EUROPAN. Monique Eleb qui a participé à l’inventaire critique du dernier PAN et qui a en a tiré avec Thierry Mandoul et Anne-Marie Chatelet, l’ouvrage « Penser l’habité », revient dans son travail sur cet évènement particulier.

Au même moment, la Poste et le ministère des Postes et Télécommunications PTT organisent un concours pour la construction de 1500 logements à Paris pour loger des jeunes postiers en début de carrière, célibataires ou en couple avec jeune enfant. Ce concours au cahier des charges très ambitieux mais aussi très ouvert a lancé une génération d’architectes qui s’était déjà exercé et quelquefois distingué au PAN.

Dans le même temps mais pas dans le même espace, l’association Banlieues 89 fondée par les architectes Roland Castro et l’urbaniste Michel Cantal-Dupart en 1981 pour transformer les territoires périphériques lance des projets « innovants ». Des assises de Banlieue 89 auront lieu à Nanterre en 1989 pour faire le bilan de ses actions. Thierry Roze s’attache à étudier deux projets particulièrement emblématiques et qui ont été menés dans ce que l’on nomme aujourd’hui « Grand Paris », à Ecouen et sur l’Ile-Saint-Denis

Jordana Maisian aborde, elle, le cas de l’opération de logements expérimentale des « Cap Horniers » à Rezé dans l’agglomération Nantaise. Cette réalisation expérimentale (REX) est livrée par « l’architecte-citoyen » Dominique Perreault, à l’initiative du député-maire Jacques Floch, fondateur de l’Association des Maires de Ville de Banlieue. Selon Jordana Maisian, « Le rôle de l’ « architecte citoyen » permet d’interroger, dans l’articulation de la pensée politique et de l’action architecturale, le concept d’utopie, qui, depuis 1789 imprègne les réflexions sur la société et sur la ville, et ce, jusqu’au tournant de 1989. L’opération Les Cap Horniers (1982-1986) nous intéresse en ceci que son concepteur prend à contre-pied les discours et les pratiques qui commencent à cristalliser, et oppose une certaine résistance aux consensus qui s’installent. »

Enfin en Inde, l’architecte Balkrishna Vithaldas Doshi, ancien collaborateur de Le Corbusier et de Louis Kahn conçoit une ville à proximité d’Indore dans l’état du Madhya Pradesh. Construite avec des habitations économiques et évolutives, l’Aryana Community Housing, aboutira en partie à l’auto-construction d’une ville de plusieurs milliers d’habitants, officiellement livrée en 1989. Thierry Mandoul nous raconte cette histoire curieusement peu médiatisée même si ce projet a été récompensé par le prix de l’Agha Khan et que Doshi lui même s’est vu décerné le prestigieux prix Pritzker pour l’ensemble de son oeuvre en 2018.

TERRITOIRES ETENDUS, de la France l’Inde

Lorsqu’on les considère conjointement, ces évènements-séquences reflètent la richesse et la vivacité des débats en cours. Comment construire la ville ? A partir de quoi ? Comment peut-on adapter le logement à ses habitants plutôt que l’inverse ? Les territoires d’investigations et de propositions de ces opérations sont relativement distincts mais souvent complémentaires EUROPAN, propose une réflexion thématique sur la transformation de quartiers ou de tissus sélectionnés par les municipalités elles-mêmes. Le concours de la Poste porte sur des parcelles parisiennes dans la ville dense et constituée. Tandis que le programme de Banlieues 89 traite comme son nom l’indique, de l’amélioration de situations dans des tissus considérés comme périphériques peu ou pas qualifiés, quelquefois à proximité ou dans les grands ensembles d’habitat social avec lesquels il s’agissait d’en finir (c’était titre des assises de banlieue 89 qui ont eu lieu à Bron le 4 et 5 décembre 1990) .

Ainsi, la ville étendue, la ville dense, mais aussi les quartiers de grands ensembles et les tissus industriels en reconversion composent cet ensemble qui reflète globalement la diversité des situations urbaines, à l’exception sans doute des quartiers pavillonnaires et des villes nouvelles si l’on excepte Aryana qui peut être considérée ainsi. Mais, il faut dire que ces dernières ont souvent été le terrain de jeu des architectes dans la décennie précédente notamment pour des concours d’idées comme le PAN.

IDEAUX ET ATTENTION A LA SOCIETE

Ces évènements témoignent aussi d’un moment de basculement dans la pensée sur l’habitat, la ville et le territoire, jusque dans la manière dont les différents acteurs (pas seulement les architectes) s’en emparent. Ils permettent donc de lire en creux la transformation des idéaux et de l’espace, une transformation qui éclaire la situation actuelle des débats sur le logement. Ainsi, les participants du dernier PAN et du nouvel EUROPAN semblent avoir perçu à leur époque avec une certaine acuité les phénomènes sociaux et les changements de valeurs qui se préparaient en Europe avec notamment la mutation des structures familiales (augmentation des divorces, allongement de l’espérance de vie, etc.), la montée de la cohabitation, du travail à domicile, et donc les évolutions qui accompagnent aujourd’hui la métropolisation.

Quarante ans plus tard, les solutions préconisées alors peuvent être encore considérées comme des nouveautés par toute la chaîne de production du logement qui peine encore à les mettre en place. Il est vrai que l’occasion leur en est donnée dès la première session « En 1988, on a commencé très modestement sur les modes de vie et le logement, parce que c’était une culture qui existait déjà dans le PAN avant l’EUROPAN qui était un concours français » précise Didier Rebois, secrétaire général d’EUROPAN Europe2. Le dernier PAN avait pour thème « Le logement en questions, type, contexte, modification ». C’est donc au début plutôt une continuité qu’une rupture.

GENERATIONS ET JEUX D’ACTEURS

Les évènements sur lesquels nous nous attardons ici concernent plusieurs générations d’architectes. Pour les jeunes praticiens, le passage du PAN à l’EUROPAN constitue une version « européanisée » mais aussi et surtout professionnalisée du PAN qui était, jusque-là un concours d’idées avec des perspectives de réalisation très incertaines. L’EUROPAN communique beaucoup sur cet aspect en valorisant par la suite les projets qui ont été menés à terme. Les architectes de moins de quarante ans mais ayant déjà un pied dans l’exercice professionnel répondent au concours pour les 1500 logements de la Poste. Tandis que ceux qui s’intéressent au programme Banlieue 89, ont déjà une certaine expérience ainsi qu’un engagement avéré pour les questions urbaines.

Par ailleurs, ces consultations font la part belle à l’initiative, à l’idéation, à la réflexion et à une certaine liberté d’interprétation des programmes qui sont proposés. Si on parle moins de techniques constructives, on attend dans d’autres domaines et notamment dans l’invention formelle et typologique que les architectes s’engagent et travaillent avec d’autres disciplines. Il est entendu qu’ils puissent être force de proposition. Les personnes interviewés à l’occasion de nos enquêtes ont souvent insisté sur la part d’interprétation qui était attendue dans les concours. A l’échelle territoriale, le travail avec les paysagistes est l’occasion d’une réintepretation de la force du symbolique et de tout ce qui peut être signifiant. Il s’agit de remettre du sens là ou il s’était dilué dans le nombre et la performance. Le jeu d’acteurs est également redistribué. Ainsi pour Banlieue 89, Rezé ou l’EUROPAN, les associations d’utilité publiques jouent un rôle prépondérant ainsi que les édiles qui sont appuyés par les politiques publiques. Il est vrai que les lois de décentralisation qui ont été adoptées entre 82 et 83 permettent d’articuler les politiques locales et nationales en donnant à des élus de différentes régions, l’occasion de mener localement des projets dont l’exemplarité dépasse l’échelle locale. Mais Paris reste encore une exception. Ainsi, paradoxalement, le concours de la Poste émane du sommet de l’état et sa conduite s’impose aux élus parisiens.

EUROPEISATION ET ECHELLE URBAINE

Fin 1989, l’Architecture d’Aujourd’hui consacre un dossier important au logement en Europe. Cette attention à la scène de la production architecturale continentale n’est pas nouvelle mais elle semblait jusque là réduite à quelques pays. L’européisation du PAN va alors de pair avec une professionnalisation et une thématisation qui entend se déployer essentiellement dans le champ de la fabrication de la ville. 1989 marque ainsi un tournant dans la mesure ou le domestique cède la place à l’urbain comme échelle d’investigation et de prospective des enjeux spatiaux et sociaux…Dans le même temps, les enjeux techniques qui avaient largement alimenté les sessions des précédents concours d’idées du programme Architecture Nouvelle sont également provisoirement mis de coté. Par la suite, Pour autant, si le Plan construction ne renonce pas à s’y intéresser, la question constructive et technique est plus généralement portée par le monde de l’industrie et de l’ingéniérie, accentuant ainsi un divorce largement entamé en cette fin de siècle.

Du local au générique, De l’exceptionnel au banal, de l’expérimental au standard, du territoire à nos intérieurs, les récits des témoins et des acteurs du hors-champs des « grands travaux » que nous avons interrogés relatent cette oscillation qui traverse les transformations de l’époque et augurent d’une nouvelle ère à l’aube des années 90. Revisiter quelques unes de ces séquences de la production architecturale et urbaine conduits en France et en Inde, nous permet aussi de mettre en relief des correspondances, des relations qui nous éclairent sur les idéaux d’une époque. Comme le dit Jordana Maisian à propos de Rezé : « la décennie 1980-1989 verra les effets de l’utopie, dans sa double dimension désirante et subversive (Mannheim) -l’utopie conçue, non comme un objet idéal, mais comme un opérateur-, s’estomper pour disparaître abruptement… ».

1 Lire à ce sujet l’incoutarnable ouvrage de François Chaslin : Chaslin, F., Les Paris de François Mitterrand : histoire des grands projets architecturaux , Gallimard, Paris, 253p., 1985

2Devenir / Europan, une éternelle jeunesse, https://vimeo.com/321242728/d7ff11e46a (consulté le 29 février 2020)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.